Actualités

Pourquoi déguster une volaille à Noël ?

Publié le 6 octobre 2021
Dindes, chapons, volailles de Bresse, huîtres, foies gras, escargots, noix de saint-jacques ou encore saumon fumé, pas besoin de vous les présenter, vous les connaissez et les appréciez sûrement tout autant que nous ! Ces délices sont presque toujours présents sur nos tables de fêtes, mais pourquoi sont-ils nos plats préférés pour festoyer avec les personnes que nous aimons ?

Pourquoi la volaille est la star de nos repas de Noël ?

Historiquement, l’oie était la volaille des fêtes. Considérée comme la représentation de l’oiseau « solaire », elle confère, selon les croyances, la protection du soleil et la prospérité à celui qui en mange. À l’époque, il était d’usage qu’un repas maigre composé d’un bouillon de légumes ou de poissons soit servi avec du pain pour le souper du réveillon de Noël. Le 25 décembre, après la messe, un repas plus copieux était préparé pour rompre le jeune. À cette occasion, une volaille était partagée comme plat principal. Généralement, une oie, un canard ou un coq était cuisiné afin de préserver les poules qui offraient leurs œufs tout l’hiver durant.

À partir du quinzième siècle, la « poule d’Inde », appelée aujourd’hui plus communément la dinde, est arrivée sur nos tablées suite à la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et sa flotte. À l’époque, sa rareté et son prix font de la dinde, un produit de luxe, réservé aux personnes aisées. Ce n’est qu’à partir du dix-neuvième siècle que la situation évolue. La dinde offre une volaille plus grosse qu’un poulet à un prix plus bas, la rendant ainsi accessible à un plus grand nombre.

De nos jours, le nombre de convives pour nos repas de Noël étant plus réduit, l’oie, le canard, le chapon, la pintade ou encore la volaille de Bresse, par exemple, remplacent souvent la dinde en plat principal, même si elle reste un incontournable.

Quels sont les menus traditionnels pour les fêtes ?

Il n’y a pas, pour ainsi dire, de menus traditionnels « figés » pour les fêtes. Le choix et la sélection des mets se font généralement selon les goûts et les habitudes de chacun. Toutefois certains produits ne sont présents que durant la période des fêtes et sont donc dégustés à cette occasion.

L’entrée

Pour le repas de Noël, l’entrée est généralement composée de produits issus de la terre et de la mer. Nous retrouvons sur nos tables de fêtes du saumon fumé, des huîtres, des noix de saints Jacques, des escargots, du foie gras, du caviar, des ravioles,… Comme vous l’aurez compromis, il n’y a pas vraiment de règle. Néanmoins, ces produits offrent une grande liberté pour composer et marier au mieux les saveurs sucrées, salées et les textures crues comme cuites.

Le plat principal

Comme nous l’avons évoqué précédemment la volaille est traditionnellement parlant LE plat de Noël ! Bien heureusement, les volailles offrent une multitude de possibilités en terme de recettes et des cuissons. Pour vous donner quelques idées, voici le top 10 des recettes de volailles préférées de Papy pour Noël.

  1. La pintade rôtie à l’ail
  2. La pintade Forestière
  3. Le chapon rôti à la Gersoise
  4. Le chapon Fermier braisé aux cèpes du Sud-ouest
  5. La volaille de Bresse au vin blanc et aux morilles de Paul Bocuse
  6. La dinde aux marrons
  7. Le chapon aux cèpes sauce au champagne
  8. Le magret de canard aux amandes et aux clémentines
  9. Le poulet et langouste au vin jaune
  10. Les cailles farcies au foie gras

Le dessert

Tout comme nous, vous connaissez certainement la traditionnelle bûche pour le dessert ! Que celle-ci soit roulée, glacée ou les deux, saviez-vous que cette tradition est issue des anciens rituels païens ? En effet, pour célébrer le solstice d’hiver, dans le nord de l’Europe, les habitants brûlaient un tronc d’arbre en offrande à leurs dieux. Cette coutume fut adaptée dans notre pays à partir du Moyen Âge où l’on plaçait la bûche traditionnelle dans la cheminée. Celle-ci fut au fur et à mesure du temps remplacée par les deux desserts sucrés que nous connaissons tous ! Pour les amateurs de sucré, le dessert de Noël peut également se composer de fruits de saison caramélisés, de biscuits de Noël à la cannelle, d’une salade de fruits exotiques frais, d’une forêt noire, d’un vacherin glacé ou encore d’un smoothie au champagne et aux fruits rouges par exemple !

Pourquoi pas un trou normand entre l’entrée et le plat ?

Cette tradition du trou normand, c’est perdu au fil du temps, alors c’est année pourquoi ne pas la remettre au goût du jour ? Avant toute chose, il est important que rappeler ce qu’est le trou normand ! Ce breuvage, historiquement servi entre l’entrée et le plat ou entre deux plats copieux, est au départ un petit verre de calvados, une eau-de-vie de Normandie obtenue par la distillation du cidre. Également appelé le « coup du milieu » peut également être un sorbet arrosé d’une eau-de-vie ou d’une liqueur. Selon les « Normands », cette boisson permet de créer une sensation de vide au niveau de l’estomac pour continuer à manger sans se sentir lourd ce qui est idéal pour les grands repas de fêtes ! Léger et rafraîchissant, c’est une petite pause bienvenue lors du repas de Noël.

Les recettes préférées de Papy pour composer un trou normand de Noël sont :

  • Le trou normand, sorbet poire, basilic et Calvados
  • Le trou normand, sorbet pomme et Vodka
  • Le trou normand, sorbet cerise et Kirsch
  • Le trou normand, sorbet orange et Cointreau
  • Le trou normand, sorbet citron et Champagne

Nous ne nous sommes pas encore décidés pour nos menus de fêtes, mais nous avons déjà hâte de voir vos réalisations !

Retrouvez très vite notre sélection de produits pour les fêtes juste ici et découvrez toutes les recettes de Papy sur notre blog !